19/11/2019 - 20/03/1441 | 0522475281 | info@ecolia.ma

Marrakech: Un bac international à l’école américaine

Marrakech: Un bac international à l’école américaine

L’école américaine de Marrakech, dirigée par Jean Brugniau, devra attendre entre deux et trois ans pour achever le processus de préparation exigé par l’Organisation du Baccalauréat International (OBI) (Ph. Mokhtari)

Un pas vers le graal. L’école américaine de Marrakech, l’American school of Marrakech (ASM), vient de voir sa candidature approuvée par l’Organisation du Baccalauréat International (OBI). L’établissement, le seul en ville à être candidat, postule pour offrir ce diplôme qui propose un continuum d’éducation internationale. Il faudra tout de même compter entre deux à trois ans pour suivre le processus d’une préparation conforme aux exigences de l’organisation.

L’ASM, qui ambitionne d’encourager ses élèves à la réussite, tant scolaire que personnelle, accueille les enfants dès l’âge de 2 ans. Son programme, conçu par le département d’Etat américain pour les écoles américaines à l’étranger, est enrichi par des contenus d’arabe et de français, au primaire comme au secondaire, homologués par les Etats-Unis.

Le parcours mène tout droit vers un diplôme de fin d’études secondaires, reconnu par le ministère de l’Education nationale du Maroc comme équivalent au Bac D. Un diplôme qui représente une porte d’entrée pour les universités aux Etats-Unis, et les meilleures universités anglophones en Europe et en Orient, au Royaume-Uni, au Canada, ou au Maroc.

«Chaque année, sur les 25 élèves qui obtiennent leur diplôme en moyenne par promotion, 1 ou 2 intègrent une université marocaine, la plupart allant dans des universités étrangères. Mais ce qui est intéressant à noter est que tous disent vouloir revenir au Maroc quand ils auront leur licence, leur maîtrise, leur doctorat, ou après un premier emploi», relève Jean Brugniau, directeur de l’ASM depuis 9 ans. Environ 65% des 400 élèves inscrits viennent de familles marocaines.

En adéquation justement avec les attentes de l’OBI, l’école américaine de Marrakech vise à asseoir et à développer les bases de l’apprentissage. «L’objectif est de leur donner une base de connaissances aussi large que possible, car ces enfants, qui ont 5 ans, 10 ans, 15 ans, vont se retrouver, dans quelques années, sur un marché du travail que personne ne connaît aujourd’hui. Ce bagage leur donne également l’agilité de changer de plan de carrière à 35 ans par exemple», conclut le directeur.

La flexibilité est justement considérée comme l’une des compétences clés pour réussir au sein d’un futur marché du travail en évolution continue.

J.A.

Retrouvez cet article sur le site L'Economiste
vous devez saisir un titre
vous devez saisir le corps de l'article